Topic: tout est regard

Tout est regard. Tout peut se regarder à travers le regard. Etre capable de vraiment regarder quelque chose c'est devenir cette chose. C'est se fondre en elle. Il est possible de traverser
la vie sans voir. Sans regarder, il faudrait plutôt dire. On passe alors à côté des choses. Il est tout-à-fait possible de ne pas vraiment regarder les gens dans les yeux. De peur de se perdre dans cet océan sans fond. De peur peut-être encore d'avantage de percer quelque chose qu'on a pas envie de percer. D'eux. Des autres. Une sorte de pudeur. Je ne veux pas te percer à jour. Je ne veux pas que tu me perces à jour. Alors on reste là, étrangers aux autres qui n'existent pas. C'est alors une fuite continuelle. Une fuite en avant mais sans direction. Il serait intérressant d'essayer de mettre cela en images. Ce léger décalage. C'est la différence entre être au monde et ne pas être au monde. La différence entre appréhender l'Autre et l'autre. On retrouve sans appel le Christ de Jan van Eyck. Un Christ séparé dans sa présence. Un Jésus ici mais déjà autre part aussi. Partagé, déchiré dans sa dichotomie radicale. Il s'agit d'une image temporelle. Une image qui ne peux se comprendre que dans le temps. L'artiste lui a appliqué une ellipse. Inconcevable en effet, serait pour moi l'idée que le Christ véritablement, ait louché. Inconcevable l'idée que les gens qu'il a croisés, guéris et auquel il a enseigné sa parole, que ces gens aient été mis dans le dillemne inconfortable de devoir choisir un oeil auquel s'adresser. Cette image alors ne peut se comprendre que dans une optique (eh oui!) temporelle où l'artiste a voulu représenter cet être duel. A la fois présent et dans l'au-delà. Il a peint ici un tableau qui nous interpelle plutôt qu'il nous transperce.